Cher Kenneth, comment veux tu que nous voyons le monde comme un théâtre?

Bonjour,

Nous avons regardé Kenneth dans sa vidéo YouTube « Le monde entier est un théâtre » et nous avons essayé d’imaginer la réaction que vous avez pu avoir en la regardant. Si vous êtes comme nous, vous n’avez pas pu ne pas être étonnés en écoutant ses paroles.

C’est ce qui se produit chaque fois que nous écoutons Kenneth enseigner. Sa manière particulière de présenter son enseignement sur le Cours est directe, tranchante, mais toujours dans la douceur et la bonne humeur.  Les idées qu’il nous propose coulent d’une façon si naturelle que nous pouvons nous laisser emporter par les mots sans vraiment saisir le message radical qu’ils cherchent à communiquer.

Nous avons donc écrit l’article ci-dessous pour relever certains aspects de cette vidéo qui pourraient passer inaperçus, et glisser dans l’oubli sans avoir délivré la puissance de leur contenu.

Bonne lecture!

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  * 

Très cher Ken,

J’ai beaucoup aimé tout ce que tu as dit dans ta vidéo « Le monde entier est un théâtre ». Mais autant  j’apprécie les idées, autant je trouve que « me voir sur l’estrade en train de jouer l’acteur de moi » ne sera pas du tout un exercice évident. Loin de là !

Tu partages toutes tes idées d’une façon si habile et si tranquille qu’on peut facilement croire que ce travail sera fastoche. Mais j’ai quand même des doutes. 

Je résume ce que tu m’as dit:

* De me regarder faire quand je suis dans l’activité et de comprendre que le « moi » qui regarde ne peut pas être le « moi » qui est en train de faire. Je m’observe et je ne juge pas, c’est bien ça?

* De regarder la « dévastation » (mot un peu fort, non?) de ma vie, en pensant à toutes les choses que je n’aime pas dans ma vie ou dans celle d’autres personnes. Selon le Cours, tout ceci est faux, ce n’est pas réel, même si ça semble très réel. Ouf! Comme tu as dit ailleurs, ce n’est pas réel parce que le Ciel est la seule Réalité.

* De rester « normal », de ne pas chercher à changer les choses extérieures dans le but d’être plus spirituel. (Bon, voilà quelques projets qui viennent de s’envoler.)

* De comprendre que je suis une figure dans un rêve (Comment, je n’ai pas plus d’importance ?) et que c’est ça qui va inverser la stratégie de l’ego.

* Qu’il suffit de ne pas juger pour me retrouver dans mon Esprit Juste, dans la position du spectateur, avec Jésus et le Saint-Esprit, parce que l’ego ne sait pas ne pas juger. (Tu dis ça comme si c’était facile d’arrêter de juger!)

* Que ce monde n’a pas de sens et que la seule chose qui lui donne un sens c’est de l’utiliser pour apprendre à choisir de ne pas juger.

* Que je dois d’abord voir le non-sens de cette vie pour pouvoir voir le véritable sens derrière les choses.

* Qu’il n’y a pas d’espoir dans ce monde parce il est fait à partir d’une idée de séparation et que je peux donc arrêter de me stresser pour changer les choses dans ce monde pour être plus heureuseQue je peux continuer à faire des choses dans ce monde mais que maintenant, je vais les faire pour une toute autre raison.

* Et que la seule chose vraiment bien que je puisse faire dans ce monde, celle qui me fera vraiment du bien et qui profitera aux autres, c’est de me changer de l’intérieur. C’est cela qui donnera un véritable espoir de bonheur à nous tous.

Mais c’est énorme! Comment veux-tu qu’on arrive à faire tout ça?

Très cordialement et avec une petite note de désespoir,
Jenifer

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  * 

Très chère Jenifer, Eh oui! 

Tout cela et plus, Kenneth l’attend de nous. Il n’est pas là (du moins, pas physiquement) pour te répondre. Donc nous essayons de te donner quelques idées à sa place.

Si on écoute attentivement, Ken est bien en train de nous demander de « mettre la barre plus haute ». Et il a confiance en nous. Nous y arriverons.

Il suffit de commencer, en faisant de tout petits pas, et le reste suivra.
Nous commençons par nous regarder faire dans une situation banale, comme naviguer entre les voitures sur la route ou entre les caddies au supermarché. Puis nous devenons attentifs à notre ressenti… Sommes-nous en paix?

Si nous ressentons une profonde expérience de tranquillité, de sécurité et d’union avec chaque personne, alors tout va bien. Vous avez de la chance!

Très souvent, par contre, nous constatons sur un arrière plan de notre esprit un certain manque de paix, une pointe d’impatience, de frustration, même d’agression envers les autres sur la route, au travail ou dans le magasin. Ou dans notre propre famille!

Nous allons juger… et nous allons juger encore. Et encore.

Et tout ce temps, on nous demande simplement de nous observer faire. « Je suis en train de juger… » 

Puis, nous pouvons appliquer la leçon 5… »Je ne suis pas impatient pour la raison à laquelle je pense. Je ne suis pas dérangé à cause de cette personne qui vient de se faufiler devant moi dans la queue. Je ne ressens pas cet énervement à cause de ma mère qui insiste qu’elle doit absolument me voir ce weekend. »

« Je pourrais ressentir la paix au lieu de ceci. » (Leçon 34)
La paix n’est jamais loin. Cet espace intérieur, paisible et non impliqué dans l’activité extérieure, est tout proche. Et nous y retrouverons la tranquillité que nous pensons avoir perdue.

Il suffit d’essayer avec les petits instants d’énervements, et cette dynamique positive de se voir spectateur dans le public, en dehors du feu de l’action, se mettra en marche. A condition de ne pas se prendre trop au sérieux, bien sûr!

Selon ce que nous avons compris de ce chemin, nous allons faire erreur après erreur et notre objectif n’est pas de chercher la perfection dans la forme.

Notre but est d’inviter l’Amour parfait à partager notre journée d’imperfection.

La paix intérieure que nous cherchons est avec nous à chaque instant car elle est innée dans notre esprit. Il suffit peut-être d’arrêter de nous juger pour notre manque de paix, d’accueillir notre imperfection avec légèreté et tendresse… pour ressentir un grand soulagement.

Nous n’avons pas besoin de nous mettre sous pression pour faire ce chemin. Nous mettons la barre plus haute, certes, parce que nous voulons cette sérénité extraordinaire dont parle Un cours en miracles. Mais nous ne nous jugerons à aucun  moment pour nos imperfections qui, elles, vont continuer à nous accompagner un certain temps encore.

Tes amis sur le chemin,
Bernard et Patricia

 

Une réflexion sur “Cher Kenneth, comment veux tu que nous voyons le monde comme un théâtre?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.